Francosphère, votre référence en construction identitaire francophone, propose des témoignages, des pratiques réussies et des réflexions, le tout présenté selon une francophonie contemporaine, innovante, diversifiée, communautaire, confiante, rassembleuse, engagée et durable.
À propos

Louise Allard : à la recherche d’un déclic

Louise Allard travaille depuis près de 20 ans en animation culturelle, d’abord en Alberta et présentement en Ontario, à l’école secondaire catholique Marie-Rivier de Kingston. Elle est également responsable de plusieurs comités d’élèves dont le gouvernement des élèves, où elle amène les jeunes à développer leur leadership. Louise a offert des ateliers lors des formations provinciales en animation culturelle et elle a œuvré à l’élaboration du nouveau document Animation culturelle dans les écoles de langue française en Ontario.

Francosphère a invité les intervenantes et intervenants du congrès 2019 de l’ACELF à partager leurs impressions sur des enjeux actuels en francophonie canadienne.
  

Comment tentez-vous d’inspirer les jeunes pour les engager envers leur francophonie?

Si on veut que nos jeunes s’engagent dans leur francophonie, il faut qu’ils la connaissent et qu’ils la vivent pleinement. C’est pourquoi il est important de leur offrir des opportunités qui vont les amener à s’impliquer activement dans leur communauté francophone, non seulement au sein de leur école mais également au niveau provincial, national et même au-delà du Canada avec les voyages internationaux. J’essaie donc de leur ouvrir le plus de portes possibles sur la francophonie tout autour d’eux, pour leur montrer qu’ils ne sont pas seuls et que leur culture est très riche!

Qu’est-ce qui stimule votre créativité dans votre pratique professionnelle?

Ma passion pour l’éducation et les jeunes! Je crois fermement que chaque jeune a sa place à l’école, mais il faut réussir à le rejoindre, car chaque jeune est différent. Le fait d’arriver à rejoindre les jeunes me force à trouver la manière ou l’activité qui va finir par créer un déclic chez lui ou chez elle. Une fois qu’on a trouvé comment rejoindre l’élève et ensuite de voir le sentiment d’ouverture et de confiance que cela crée chez lui ou chez elle, ça c’est une pratique professionnelle réussie! Accompagner les jeunes dans leur développement scolaire et identitaire, même après toutes ces années, continue à faire en sorte que j’ai toujours la passion de travailler dans le milieu scolaire.
  

En 2030, lorsque vous regarderez dans votre rétroviseur, que souhaitez-vous avoir inspiré à votre entourage professionnel?

L’importance de l’éducation francophone en milieu minoritaire. L’école est un passage primordial pour chaque enfant. D’ailleurs, il s’agit d’un milieu plus grand qu’un lieu d’apprentissage scolaire. C’est une porte sur notre communauté francophone qui est souvent la première immersion de l’enfant dans un autre environnement que la maison. C’est donc une étape importante dans le cheminement identitaire de l’enfant. J’ose espérer que mes gestes professionnels et même personnels auront inspiré mon entourage de la richesse de notre belle culture francophone et surtout, de les amener à en être très fiers!

Ces articles de Francosphère pourraient également vous intéresser :