Francosphère, votre référence en construction identitaire francophone, propose des témoignages, des pratiques réussies et des réflexions, le tout présenté selon une francophonie contemporaine, innovante, diversifiée, communautaire, confiante, rassembleuse, engagée et durable.
À propos

L’honneur de toujours avancer

Tous attachés à leur langue et à leur culture, les Acadiens Rodrigue Landry, Solange Haché et Kenneth Gaudet sont aussi de véritables passionnés d’éducation. Reconnus membres honoraires de l’ACELF au congrès 2018 à Moncton, ils ont réalisé bien des choses au cours de leur carrière respective. Ils nous confient leurs idées quant au travail que les francophones ont encore à accomplir en matière d’éducation.

Solange Haché a la péninsule acadienne dans son cœur. Elle reçoit ce titre de membre honoraire « comme le signe d’une francophonie bien portante » dans sa communauté et dans l’ensemble du Canada.

Riche de son parcours, où elle a rempli une variété de fonctions en éducation de langue française, d’enseignante à direction, notamment d’écoles et de districts scolaires. Elle précise que les défis sont toujours présents. « Dans certaines écoles de langue française, on ne prend peut-être pas assez le temps d’expliquer aux parents c’est quoi la mission de l’école de langue française ». « On a un gros rôle à jouer », dit Solange Haché, qui a déjà reçu le Prix d’excellence en enseignement du ministère de l’Éducation du Nouveau-Brunswick.

Natif de Cap-Pelé au Nouveau-Brunswick, Rodrigue Landry connaît très bien la réalité des communautés francophones. Au fil des années, il a enrichi de façon substantielle la recherche en matière d’éducation en milieu minoritaire et de droits linguistiques. Le professeur émérite est formel : il n’y a pas de meilleur système scolaire au Canada qui donne un meilleur résultat pour le bilinguisme que l’école de langue française en milieu minoritaire. « Le français s’apprend et l’anglais s’attrape », résume Rodrigue Landry, qui a œuvré à l’Université de Moncton pendant près de 40 ans.

Kenneth Gaudet a débuté sa carrière comme enseignant au secondaire, puis a été directeur de l’école secondaire de Clare en Nouvelle-Écosse. Son engagement a eu un impact considérable sur plusieurs comités et initiatives du Conseil scolaire acadien provincial (CSAP).

En 2018, il a été élu président du CSAP pour un 17e mandat!  « J’ai toujours eu l’appui, le support, l’encouragement que j’avais besoin pour continuer mon travail », reconnait Kenneth Gaudet, qui accepte son titre de membre honoraire au nom de toute la communauté francophone de la Nouvelle-Écosse.

Constats et conseils pour la relève

Quels conseils ces gens d’expérience ont-ils à donner à la relève du monde de l’éducation? Kenneth Gaudet croit que le personnel enseignant doit miser sur l’ouverture d’esprit afin de bien comprendre ses élèves et ainsi faire progresser leur identité culturelle. L’enjeu est toutefois de taille, note Solange Haché, qui estime qu’il faut redoubler d’ardeur à former d’ardents défenseurs de l’identité francophone. « Je pense que c’est important de partager notre parcours identitaire avec nos élèves. Cela permet de créer un climat de confiance avec eux. ». Et, le plus important, c’est que cette volonté d’afficher sa francophonie « vienne des élèves eux-mêmes », de conclure Rodrigue Landry.

 

Depuis 1993, l’ACELF décerne le titre de membre honoraire à des personnes reconnues pour leurs mérites, pour leur participation à l’atteinte des buts de l’ACELF et pour leur contribution à la cause de l’éducation en langue française au Canada. M. Landry, M. Gaudet et Mme Haché ont reçu leur titre des mains de la présidente de l’ACELF, Anne Vinet-Roy.

 

À lire aussi :
Julie Forest : les arts pour s’ouvrir sur le monde

Ces articles de Francosphère pourraient également vous intéresser :