Francosphère, votre référence en construction identitaire francophone, propose des témoignages, des pratiques réussies et des réflexions, le tout présenté selon une francophonie contemporaine, innovante, diversifiée, communautaire, confiante, rassembleuse, engagée et durable.
À propos

Laurie Crawford : prendre le temps de questionner

Laurie Crawford enseigne depuis 2003. Elle est conseillère pédagogique en éducation autochtone au Conseil des écoles publiques de l’Est de l’Ontario.

Francosphère a invité les intervenantes et les intervenants du congrès 2019 de l’ACELF à partager leurs impressions sur des enjeux actuels en francophonie canadienne.
.

Qu’est-ce qui stimule votre créativité dans votre pratique professionnelle?

La capacité de bâtir la pensée divergente et oblique de façon collaborative stimule la créativité dans ma pratique professionnelle. Je tente toujours de développer la capacité de résolution de problèmes et de trouver des liens entre questions, situations ou problématiques afin de trouver des solutions novatrices. Je suis aussi toujours à l’écoute et en observation – j’ai tant à apprendre des gens qui m’entourent!
.

Comment les différentes diversités présentes dans votre milieu vous permettent-elles d’innover?

Nous avons beaucoup à apprendre de la part des systèmes de connaissances autochtones – ces connaissances et cette sagesse qui existent depuis des millénaires et qui peuvent nous offrir des réponses et des solutions à plusieurs questions d’importance mondiale. On croit souvent que, pour innover, nous devons toujours regarder par en avant. Mais en réalité il est important de se retourner vers ce qui a toujours été important – notre connexion à la Terre, à la nature… être à l’écoute du monde qui nous entoure. Les peuples autochtones ont toujours innové. Dans mon poste actuel de conseillère pédagogique responsable de l’éducation autochtone, j’apprends chaque jour des gens qui m’entourent : les membres des communautés des Premières Nations, Métis et Inuit, les gardiens du savoir et les aînés. Souvent, c’est en s’arrêtant (de parler, de bouger), en prenant le temps d’écouter, qu’on fait en sorte qu’on active notre connexion à la Terre et qu’on apprend.
.

En 2030, lorsque vous regarderez dans votre rétroviseur, que souhaitez-vous avoir inspiré à votre entourage professionnel?

Je souhaite inspirer la réflexion critique à mon entourage professionnel – qu’il est important de se questionner (nos pratiques, notre pédagogie, notre perspective) mais aussi de questionner le monde autour de nous (d’où viennent nos sources d’information? est-ce que cette source est authentique? est-ce que nous représentons une variété équitable de perspectives?). En fait, le développement d’un questionnement efficace, et la pensée divergente et oblique que nous utilisons pour trouver les réponses à nos questions, c’est ça le legs que j’aimerais laisser.

À lire aussi

Éric Stephenson : l’action d’être francophone

Ces articles de Francosphère pourraient également vous intéresser :