Francosphère, votre référence en construction identitaire francophone, propose des témoignages, des pratiques réussies et des réflexions, le tout présenté selon une francophonie contemporaine, innovante, diversifiée, communautaire, confiante, rassembleuse, engagée et durable.
À propos

Giselle Hinch : la voix des élèves

giselle hinch

Giselle Hinch occupe le poste de conseillère pédagogique en construction identitaire au Conseil scolaire catholique Providence en Ontario. Enseignante de théâtre et de français au secondaire depuis 25 ans, elle est passionnée de création collective. Elle reconnaît pleinement le pouvoir des arts dans la transmission de la culture et de la langue françaises.

Francosphère a invité les intervenantes et intervenants du congrès 2019 de l’ACELF à partager leurs impressions sur des enjeux actuels en francophonie canadienne.

Qu’est-ce qui stimule votre créativité dans votre pratique professionnelle?

Ma créativité professionnelle est issue de ma passion pour les arts et du désir d’engager les élèves dans le processus de création. Je crois que c’est en partageant leurs idées et leurs rêves que les élèves façonnent leur identité.

Comment les différentes diversités présentes dans votre milieu vous permettent-elles d’innover?

Je suis fondatrice de la troupe scolaire Esprit Essor et mon approche pédagogique repose sur le travail collaboratif. Le processus de création collective enclenche une grande ouverture et une écoute authentique de la part de tous. Être à l’écoute d’autres perspectives, afficher un respect des différences et échanger sur divers enjeux actuels de la francophonie en milieu minoritaire… tout ça nous permet d’approfondir notre compréhension et d’enrichir nos connaissances de notre communauté.

En 2030, lorsque vous regarderez dans votre rétroviseur, que souhaitez-vous avoir inspiré à votre entourage professionnel?

Je souhaite avoir mis l’accent sur l’importance de la communication orale sous toutes ses formes. En milieu minoritaire, il est primordial de donner la parole aux élèves. Donner la voix aux élèves assurera une francophonie épanouie.

À lire aussi :
Sylvain Giroux : cap vers des expériences positives

Ces articles de Francosphère pourraient également vous intéresser :