Francosphère, votre référence en construction identitaire francophone, propose des témoignages, des pratiques réussies et des réflexions, le tout présenté selon une francophonie contemporaine, innovante, diversifiée, communautaire, confiante, rassembleuse, engagée et durable.
À propos

Carrie Antoniazzi : ce qui nous rallie

Carrie Antoniazzi baigne dans le domaine de l’éducation depuis 13 ans. Comme conseillère pédagogique et enseignante en Ontario et en Colombie-Britannique, elle a développé une approche pédagogique qui favorise la créativité, l’innovation et la collaboration. Elle développe ainsi les passions des élèves afin d’assurer leur succès. Carrie enseigne en 4e et 5e année à l’école des Pionners de Maillardville.

Francosphère a invité les intervenants du congrès 2018 de l’ACELF à partager leurs impressions sur des enjeux actuels en francophonie canadienne.

La culture dans le numérique : Créer? Apprécier? Faire sa place?

Avec les réseaux sociaux et Internet, les gens partagent beaucoup d’informations afin d’avoir le plus gros public possible. Malheureusement, la majorité des gens pensent qu’il faut partager en anglais afin d’avoir ce grand public. J’ai l’impression qu’on ne connaît pas tous les francophones en ligne puisqu’ils n’écrivent pas tous en français. Si on commence tous à écrire nos billets de blogue, nos tweets, et qu’on diffuse nos podcasts en français, on va créer cette culture francophone virtuelle pour que nos jeunes voient que c’est possible et embarquent eux aussi.

 La francophonie canadienne : Plurielle? Diversifiée? Inclusive?

Je trouve que nous parlons souvent de la francophonie franco-ontarienne, acadienne, québécoise, etc., mais que nous parlons moins de la francophonie canadienne. On aime être valorisé par ce qui nous rend différents, nos traditions, nos tournures de phrases, nos accents. Par contre, cela fait en sorte que nous sommes souvent en train de se comparer au lieu de trouver et célébrer ce que nous avons en commun. J’aimerais qu’on puisse avoir un regard plus positif sur les différents aspects de la francophonie canadienne afin de la célébrer dans toute sa diversité!

L’insécurité linguistique : in ou out ?

J’aimerais qu’on arrive à un point qu’elle soit out! Au congrès de l’ACELF, nous retrouvons un regroupement de gens qui appuient les francophones de tous les coins du Canada. Ces gens célèbrent ce qui nous rend uniques. Je ne crois pas que ce soit le cas partout. Nous avons encore du chemin à faire pour que tous les francophones du Canada se sentent valorisés.

Ces articles de Francosphère pourraient également vous intéresser :