Francosphère, votre référence en construction identitaire francophone, propose des témoignages, des pratiques réussies et des réflexions, le tout présenté selon une francophonie contemporaine, innovante, diversifiée, communautaire, confiante, rassembleuse, engagée et durable.
À propos

Tiffanie McGirr : un modèle à l’écoute des besoins

Tiffanie McGirr travaille dans le milieu de l’éducation depuis plus de 10 ans. Elle a commencé sa carrière comme éducatrice de la petite enfance. Par la suite, Tiffanie a poursuivi ses études à l’Université d’Ottawa et a commencé sa carrière à titre d’enseignante au Conseil des écoles catholiques du Centre-Est en 2011. Après avoir enseigné au préparatoire pendant quelques années, elle occupe à présent le poste d’enseignante en affectation spéciale volet PMJE au Conseil des écoles catholiques du Centre-Est en Ontario.

Francosphère a invité les intervenantes et intervenants du congrès 2019 de l’ACELF à partager leurs impressions sur des enjeux actuels en francophonie canadienne.
.

Comment tentez-vous d’inspirer les jeunes pour les engager envers leur francophonie?

Je tente toujours de les inspirer en étant moi-même un bon modèle. J’offre en tout temps des modèles et des expériences culturelles accessibles à mes enfants, j’optimise et valorise l’usage et l’apprentissage du français dans la classe, j’encourage les élèves à s’engager dans leurs milieux scolaire et communautaire tout en faisant croître leur sentiment d’appartenance à leur école, à leur culture et à leur salle de classe. Dans notre classe, l’animation culturelle est une priorité. Comme démontrer mon amour pour nos artistes francophone tels que Vincent Vallières, Marie-Mai, le groupe Swing ou faire de la lecture à voix haute à mes élèves de livres écrits par des auteurs franco-ontariens comme Andrée Poulin ou Dominique Demers. De plus, je crois beaucoup que l’engagement de nos élèves se fait voir lorsqu’on vit des expériences marquantes et authentiques avec eux en francophonie. Comme le Festival franco-ontarien ou d’autres activités d’animation culturelle dans mon conseil scolaire créées pour les enfants, comme la Folie Furieuse. Discuter et miser sur tous ces référents culturels fait en sorte que nos enfants sont sensibilisés et qu’ils veulent s’engager dans leur francophonie.
.

Qu’est-ce qui stimule votre créativité dans votre pratique professionnelle?

J’ai une grande volonté d’être un bon modèle ou un bon guide pour mes élèves. Et d’être en mesure de les préparer pour des emplois qui n’existent probablement même pas encore. Ceci étant dit, ce qui me stimule, c’est de développer les compétences du 21e siècle chez mes élèves comme la collaboration, la créativité, la pensée informatique, la résolution de problèmes, le développement de la pensée critique et le développement de compétences organisationnelles. Pour que mes enfants soient en mesure de développer ces compétences, il faut bien que je m’engage à apprendre des façons innovatrices de les développer moi-même. Transformer la façon dont j’enseigne grâce à de nouvelles pédagogies émergentes et de nouvelles pratiques innovatrices qui engagent mes élèves dans leur apprentissage, et qui les rendent actifs, c’est la clé du succès!
.

En 2030, lorsque vous regarderez dans votre rétroviseur, que souhaitez-vous avoir inspiré à votre entourage professionnel?

En 2030, je souhaite avoir transmis à mes collègues l’importance de nos relations positives avec les enfants en classe. À mon sens, le sentiment de bien-être des enfants et la bienveillance dans une salle de classe sont notre but ultime. Je suis une enseignante qui mise beaucoup sur les besoins des autres, non seulement celui de mes collègues mais de tous les enfants de ma classe. Je crois fortement que le milieu d’apprentissage qu’on coconstruit avec eux influence grandement leur processus d’apprentissage et leur sentiment d’appartenance, et donc leur contribution. C’est notre rôle comme enseignant ou éducateur d’apprendre à connaître nos élèves, de tisser des liens de confiance et de valoriser leur voix. Je souhaite transmettre à mes collègues la croyance que tous les enfants sont des personnes compétentes, capables de réflexions complexes, remplies de curiosité et dotées de beaucoup de potentiel.

À lire aussi

Mariepier Sylvestre : passions contagieuses

Ces articles de Francosphère pourraient également vous intéresser :