Francosphère, votre référence en construction identitaire francophone, propose des témoignages, des pratiques réussies et des réflexions, le tout présenté selon une francophonie contemporaine, innovante, diversifiée, communautaire, confiante, rassembleuse, engagée et durable.
À propos

Découvertes franco-ontariennes pour deux futures enseignantes

La francophonie canadienne revêt des réalités bien différentes: c’est l’un des constats de Marie-Noëlle Payeur et Amélie Drolet-Bouchard, deux étudiantes en enseignement en adaptation scolaire et sociale à l’Université du Québec à Rimouski, campus de Lévis. Dans le cadre de leur programme, elles ont complété un stage de deux mois à l’école élémentaire publique Cité jeunesse à Trenton, en Ontario. Dans ce témoignage vidéo, elles discutent de leur passage dans une école franco-ontarienne. Elles y ont vécu de belles situations d’entraide professionnelle, tout en étant confrontées à des contextes d’apprentissage différents de ceux qu’elles avaient connus.

Cet article est inspiré des bilans des stagiaires qui ont participé au programme de Stages en enseignement dans les communautés francophones de l’ACELF.

Explorations franco-ontariennes

Comme future enseignante, Marie-Noëlle fait preuve de curiosité intellectuelle, d’ouverture d’esprit et apprécie l’apprentissage par le jeu. La devise Il n’y a pas d’apprentissage sans erreurs est l’un de ses mantras. Son stage lui a fait découvrir l’Ontario français, une communauté dont elle soupçonnait à peine l’existence quelques mois auparavant. Cela a  aussi été pour elle l’occasion d’explorer différentes manières d’enseigner. Férue de voyages et d’histoire, cette grande curieuse en a rapidement beaucoup appris sur la deuxième province francophone en importance au Canada.

Amélie croit en l’importance de créer un lien significatif avec ses élèves. Selon elle, cela favorise un climat de classe sain où tous et toutes se sentent bien. Avant même de partir pour sa communauté d’accueil, elle était déjà soucieuse d’établir des liens pour enrichir l’expérience de son séjour. La suite lui a prouvé que les invitations à souper ou à participer à une activité sont légion quand on passe par la communauté francophone de Trenton!

Arriver dans un nouveau milieu

Grâce à leur stage, les deux futures enseignantes ont pris conscience des réalités propres aux écoles de la francophonie canadienne. Les enfants, peu importe leur niveau scolaire, doivent souvent naviguer entre deux, voire plusieurs langues dans leur quotidien. Diverses situations expliquent cela : couples exogames, longs déplacements en autobus où l’anglais peut être présent, musique anglophone à la radio, discussions souvent en anglais dans les corridors de l’école, français dans les salles de classe, etc. Toutefois, les deux stagiaires notent la motivation continue de l’équipe-école. En effet, tout le personnel s’outille pour nourrir la francophonie et les apprentissages en français des jeunes : en développant mille et une ressources, en favorisant l’usage fréquent de la lecture, en présentant des livres en français aux élèves, etc.

Marie-Noëlle et Amélie repartent donc avec une meilleure compréhension du rôle central joué par les écoles de langue française pour la vitalité des milieux francophones ainsi que de leur propre valeur comme modèle langagier francophone. De plus, la réalité de cette école de langue française leur a fait découvrir la place privilégiée faite à la littérature jeunesse, ainsi que diverses techniques à utiliser pour enseigner le français dans un contexte culturel et linguistique minoritaire.

Amélie rappelle que « dans notre milieu de stage à l’école, les professeurs parlent en français, tout le monde parle en français. Mais […] quand on sort de l’école, c’est vraiment juste anglophone. On le savait que ça allait être anglophone, mais on pensait quand même qu’on allait peut-être rencontrer d’autres francophones. On voit que ça peut être difficile de trouver son identité francophone quand tu es dans un milieu où c’est juste en anglais. »

Entraide et solidarité

La proximité pédagogique et communautaire des membres de l’équipe-école a également stimulé les deux stagiaires. L’esprit de partage et de collaboration qui règne parmi le personnel enseignant les a marquées. Amélie souligne que tout le monde était très accueillant, tant les secrétaires que les enseignants et les directrices: tous les membres de l’école les ont prises sous leurs ailes! La vie sociale y a aussi compté  pour quelque chose: d’abord, elles ont été hébergées par des membres de la communauté, puis les invitations à faire des activités ou à manger chez les uns et les autres ont rapidement fusé. Certes, cela a engendré des situations où les deux stagiaires ont eu à sortir de leur zone de confort, mais leur fierté d’avoir relevé ces défis avec brio n’en est que plus grande.

 Dans leur bagage de futures enseignantes

C’est donc la tête et le cœur remplis de souvenirs et d’apprentissages qu’Amélie et Marie-Noëlle entament leur dernière année de formation universitaire. Fortes de la confiance acquise en leurs capacités d’adaptation, elles savent maintenant qu’elles peuvent s’ajuster à un nouveau curriculum et à un nouveau milieu. Elles ont découvert la richesse de la francophonie canadienne, les situations particulières vécues dans une école de langue française et le rôle central que ces dernières jouent dans la vitalité des milieux francophones. Et tout ça, en quelques semaines seulement!

 

Les Stages en enseignement dans les communautés francophones de l’ACELF constituent des occasions de découvrir d’autres horizons. Ils permettent à des étudiantes et étudiants du Québec inscrits à un programme de premier cycle universitaire et fréquentant une université partenaire de réaliser un stage dans une école située dans une communauté francophone au Canada. Ces stages sont d’excellents moments de partage d’expériences dans des contextes culturels et éducatifs différents. De plus, ils contribuent au dynamisme des milieux qui les accueillent.

Ce programme de stages reçoit un appui financier majeur du Secrétariat du Québec aux relations canadiennes, en partenariat avec la Commission scolaire francophone du Yukon, le Conseil scolaire francophone de la Colombie-Britannique, le ministère de l’Éducation de l’Ontario, le Conseil des écoles publiques de l’Est de l’Ontario et la Division scolaire franco-manitobaine.

Ces articles de Francosphère pourraient également vous intéresser :