Francosphère, votre référence en construction identitaire francophone, propose des témoignages, des pratiques réussies et des réflexions, le tout présenté selon une francophonie contemporaine, innovante, diversifiée, communautaire, confiante, rassembleuse, engagée et durable.
À propos

Famille, communauté et école : au-delà du potluck

Vous soupirez en jouant dans votre assiette de pâté chinois? Tanné de manger toujours la même chose? Et si, après la crise sanitaire, vous invitiez des amis pour souper? Vous pourriez peut-être trouver de nouvelles idées de repas! Alors, vous vous dites : « C’est simple, je vais demander à chacun de mes amis d’amener leur plat favori. Ensuite, on n’aura qu’à partager. » Détrompez-vous! Vous auriez tort de vous priver d’une solution bien plus satisfaisante. Osez aller au-delà du potluck! Invitez vos amis à préparer un seul repas tous ensemble! Vous y partagerez vos trucs culinaires favoris, apprendrez de nouvelles choses et créerez, en groupe, un souper fabuleux! Le nom de cette technique? L’action concertée. Et vous savez quoi? Ce procédé pourrait vous aider à créer bien plus que des petits plats!

Pensez aux actions réalisées dans nos écoles en construction identitaire. Pour que notre recette « pogne » bien, on a besoin que chacun mette la main à la pâte. Pour réellement aider nos tout-petits et nos élèves à s’engager dans la francophonie, on doit donc travailler de concert avec les autres acteurs de leur vie. Ainsi, afin que nos activités en construction identitaire soient encore plus efficaces, il nous faut favoriser l’action concertée de la famille, de la communauté et de l’école, l’un des huit principes directeurs.

Pour mettre la table

Maintenant que vous avez compris le principe de l’action concertée, vous êtes sur la bonne voie pour créer, vous aussi, une activité avec vos partenaires. Vous vous dites : « Ça va trop vite, j’ai besoin qu’on apprenne à se connaître avant de m’engager »? Ça se comprend. Considérez l’action concertée comme un processus. Certaines actions nous en rapprochent et pour y arriver, on peut commencer par se tremper l’orteil dans l’eau. Avant de participer à un projet d’action concertée avec vos partenaires, vous pouvez donc commencer par réaliser cette première étape : créer des liens avec eux.

Pour garantir que vos efforts de concertation soient pertinents et sincères, c’est effectivement une bonne idée de découvrir votre milieu!

La culture francophone est ici

Créer des liens entre le milieu éducatif et la communauté francophone, c’est permettre aux tout-petits et aux élèves de découvrir des opportunités de participer à la francophonie à l’extérieur de l’école. Pour les faire connaître, pourquoi ne pas adopter, tout comme les enseignantes de l’école élémentaire catholique Saint-François-d’Assise, en Ontario, l’approche culturelle de l’enseignement? Elles se sont inspirées de cette méthode pour guider les apprentissages de leurs élèves lorsque ces derniers ont exploré le visage francophone de leur quartier, dans le cadre des apprentissages scolaires. Vous aussi, explorez les lieux historiques francophones de votre région. Découvrez les commerces et les organismes de votre localité qui offrent des services en français. Créez des liens avec les francophones de votre collectivité et démontrez à vos élèves qu’ils font partie d’une communauté francophone vibrante!

Briser la glace avec les parents

Et pour les parents? C’est le même principe! Invitez-les à assister aux activités et rencontrez-les afin de mieux les connaître! Pour faire un pas supplémentaire vers l’action concertée, discutez avec eux des gestes qu’ils sont en mesure de réaliser pour aider leurs enfants dans l’apprentissage du français. Découvrez par exemple comment, en étant à l’écoute des parents de ses élèves, Ronald Boudreau, qui a notamment enseigné en Nouvelle-Écosse, a réalisé que les parents ne parlaient pas tous français à la maison. Cette sensibilisation l’a amené à « mettre les choses en perspective : ce n’est pas la qualité du français parlé à la maison qui importe autant que l’engagement à garder la langue bien vivante ».

Cependant, sachez-le : informer et discuter de « comment ça se passe à l’école et à la maison », ce n’est pas se concerter. Une rencontre d’information avec les parents, ce n’est pas un projet de concertation! Pour passer à la prochaine étape, il faut aller plus loin en impliquant les familles et la communauté dans le processus d’apprentissage des jeunes et en créant avec eux des stratégies ou des projets.

Les deux pieds dans la pataugeoire

Prenons un exemple qui s’approche davantage d’une action concertée. Le District scolaire francophone Sud, au Nouveau-Brunswick, a mis en place Francobulles, un projet vraiment emballant! Celui-ci a invité les parents à participer, avec leurs enfants, à une foule d’activités en français : bricolage, chansons, lecture, jeux, etc. Une façon amusante et dynamique d’aider à la francisation des tout-petits! Les parents y sont impliqués dans la réalisation des activités, non seulement en contribuant aux jeux, mais aussi en participant à des séances de discussions. Lors de ces séances, les parents et le personnel professionnel de l’éducation discutent ensemble afin de trouver des idées pour intégrer le plus possible la langue française dans la vie des tout-petits.

Plonger dans la piscine

Pour déterminer si une initiative est réalisée en concertation, il faut se questionner sur la nature de l’action. Est-ce qu’il s’agit vraiment d’une activité créée en collaboration avec les partenaires? Est-ce que tous les partenaires participent à la réalisation de l’activité? Si vous avez répondu non à l’une de ces questions, il vous manque des ingrédients pour réaliser une véritable action concertée. Besoin d’un petit truc? Avant même de créer votre projet, interrogez-vous afin de savoir comment les familles et la communauté peuvent y contribuer efficacement, puis invitez-les.

Le projet doit être construit « avec » vos partenaires et pas uniquement « pour » eux!

Voici un bel exemple d’action concertée, inspiré des guides Voir grand, des guides pratiques pour favoriser la construction identitaire au foyer, à l’école ou en lien avec la communauté. La Fédération des parents de l’Île-du-Prince-Édouard (FPIPÉ) et la Commission nationale des parents francophones (CNPF) ont créé un projet commun avec les écoles de la Commission scolaire de langue française de l’Île-du-Prince-Édouard (CSLF). Ce qu’ils ont fait? Une série d’activités à succès, en français, organisées « avec » et « pour » la grande famille de l’école et des centres de la petite enfance : les enfants, les parents et le personnel professionnel du milieu éducatif. Des discussions ont même lieu sur des thèmes, comme la transmission de la langue française, pour mettre en commun les bonnes idées du personnel du milieu éducatif et des parents. Une soirée camping a entre autres été organisée pour créer un événement magique en français. Un travail d’équipe de A à Z!

Ça prend tout un village pour élever un enfant

Pourquoi faire tout ça? Est-ce si important de créer des actions en construction identitaire avec la famille et la communauté? Réfléchissons-y. Ça coule de source : on a besoin de plus d’un ingrédient pour réaliser une recette. On a besoin de plus qu’une source d’apprentissage pour construire son identité. Après tout, nos tout-petits et nos élèves n’apprennent pas uniquement de nouvelles choses à l’école ou à la garderie! De la même manière, « l’identité francophone ne se vit pas seulement à l’école, elle doit se vivre dans la communauté, dans le domaine de la santé, de la justice, etc. », explique Me Monick Corriveau, mère franco-ontarienne de trois enfants et ancienne responsable de la gestion de CliquezJustice.ca. Pour faire vibrer la langue française dans le cœur des jeunes, nous avons donc tout avantage à réaliser des activités qui vont au-delà du milieu éducatif!

Montrer l’exemple

Qu’est-ce que ça donne à nos jeunes de participer à des activités concertées entre leur école, leur famille et la communauté? C’est simple : ça leur fait vivre des expériences identitaires cohérentes, significatives et durables! Comment ça? Nos élèves et nos tout-petits se rendent compte que le français va au-delà des bancs d’école et qu’il fait partie de plusieurs aspects de leur vie. Ils développent aussi leur sentiment d’appartenance envers la communauté et un esprit de solidarité. L’appui de leur famille leur confirme en plus l’importance de l’apprentissage et de la valorisation de la langue française. Surtout, on leur montre l’exemple! Les jeunes découvrent comment la coopération est la clé de la vitalité de la francophonie et comment ils peuvent y contribuer.

L’esprit de la francophonie

Les écoles de langue française et les centres de la petite enfance ont le pouvoir d’assumer leur leadership pour aider les jeunes à faire une place de choix à la langue française et à la culture francophone dans leur vie. En sollicitant la collaboration des familles et de la communauté, l’impact de nos actions en matière de construction identitaire auprès des jeunes peut être encore plus grand. « Partout, on voit des parents engagés en francophonie et c’est très inspirant. [Par ailleurs], le milieu communautaire est un espace de collaboration souple et flexible permettant d’être créatif », explique Richard Vaillancourt, agent de programmes à la CNPF et résident de l’Alberta. Travailler ensemble, de concert, c’est incarner cet esprit si fort qui caractérise la francophonie. Et ça, c’est toujours une bonne recette!

Comme un manuel d’instructions IKEA…

Les 8 principes directeurs sont tous d’égale importance, tous aussi pertinents les uns que les autres. Ils tiennent compte des enjeux actuels de la francophonie et assurent la pertinence des activités conçues pour favoriser la construction de l’identité francophone.

Un peu comme un manuel d’instructions IKEA : tu n’es pas obligé de suivre toutes les étapes nécessairement. Cependant, si tu ne veux pas que ton Grönlid ressemble à un Vinstgivande, c’est bon de jeter un coup d’œil au manuel de temps en temps!

Pour découvrir les capsules humoristiques sur les 8 principes directeurs ainsi que les pistes pour les utiliser, consultez : Vivre sa francophonie en 8 principes.

Par une série de 8 publications, Francosphère aborde chacun des 8 principes directeurs qui sont là pour aider à intervenir le mieux possible dans la construction de l’identité francophone des jeunes. 8 fois plutôt qu’une, découvrez comment notre francophonie est à la fois contemporaine, innovante, diversifiée, communautaire, confiante, rassembleuse, engagée et durable.

À voir et à lire sur Francosphère

Toutes les publications qui traitent de francophonie communautaire

Série de capsules humoristiques sur les 8 principes directeurs

Ces articles de Francosphère pourraient également vous intéresser :