Francosphère, votre référence en construction identitaire francophone, propose des témoignages, des pratiques réussies et des réflexions, le tout présenté selon une francophonie contemporaine, innovante, diversifiée, communautaire, confiante, rassembleuse, engagée et durable.
À propos

Sara Lafrance : créer des liens, c’est si important?

Véritable passionnée d’éducation, Sara Lafrance a été directrice intérimaire des Services aux francophones à la Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants (FCE). Enseignante au Québec, au Manitoba, en Nouvelle-Écosse et en Colombie-Britannique, elle a aussi travaillé au ministère de l’Éducation de la Nouvelle-Écosse. Elle connaît donc plutôt bien les défis que vit le personnel enseignant en contexte minoritaire. Sara détient un diplôme en enseignement et en études françaises de l’Université du Québec à Chicoutimi. Elle est titulaire d’une maîtrise en enseignement du français langue maternelle en contexte minoritaire de l’Université Sainte-Anne en Nouvelle-Écosse.

 

Francosphère a questionné différentes personnes engagées afin de connaître leur point de vue au sujet de l’identité francophone.

Que faut-il privilégier pour favoriser la construction identitaire des jeunes? 

Je crois qu’il faut qu’ils puissent se trouver une place à eux puisque c’est un processus qui leur appartient. On doit leur présenter une image actuelle de la communauté afin qu’ils y participent et se retrouvent en elle. En tant qu’enseignant, on peut offrir des occasions de créer ces liens entre eux, leur famille, la communauté scolaire, communautaire et culturelle pour qu’ils sentent qu’ils y contribuent. On pourra aussi les informer sur les services auxquels ils ont droit à travers l’histoire de leurs droits linguistiques.

Quel avenir pour l’identité francophone?

L’identité francophone est un concept en mouvance. Chaque personne y contribue en y participant. Il faut développer l’espace francophone pour que nous puissions y vivre de façon quotidienne. Les collaborations entre les organismes aident beaucoup à créer des liens entre les gens, à repousser l’isolement et à assurer un partage d’expérience pour renforcer l’appartenance au groupe.

Comment envisagez-vous votre engagement envers une francophonie épanouie?

J’ai habité plusieurs provinces en raison du travail de mon mari. Je vis en français, peu importe où je me trouve. Je compte bien continuer à travailler à tous les jours pour atteindre les objectifs des communautés dans lesquelles je vis et pour lesquelles je travaille.

Ces articles de Francosphère pourraient également vous intéresser :