Francosphère, votre référence en construction identitaire francophone, propose des témoignages, des pratiques réussies et des réflexions, le tout présenté selon une francophonie contemporaine, innovante, diversifiée, communautaire, confiante, rassembleuse, engagée et durable.
À propos

Voyage en première classe… d’école!

La vaste planète francophone recèle bien des secrets. Voyager est un excellent moyen de les découvrir. Et ça peut se faire facilement en salle de classe !

Projet coopératif simple et intelligent, la formule Skype Mystère fournit un contexte pédagogique riche reposant sur un ensemble de tâches variées. Il s’agit d’une activité pédagogique mettant en contact deux classes à l’aide du logiciel de visioconférence. On parle de Skype, mais cela pourrait aussi se réaliser à l’aide d’autres outils de visioconférence, comme Google Hangout.

Deux classes sont jumelées, mais les élèves des classes ne connaissent pas la ville ou la région du monde où l’autre groupe d’élèves se trouve. Et le but est d’être le premier groupe à trouver le lieu où se trouve l’autre classe. Mais attention : pour ce faire, les élèves doivent se poser des questions dont les seules réponses peuvent être  « oui » ou « non ».

Isabelle Gascon, consultante en éducation pour IG Éducationc inc., et Annick Godin-Thériault, enseignante à l’École Beau-Port à l’Isle Madame, en Nouvelle-Écosse, ont bien voulu intégrer l’expérience à un cours de français avec 16 élèves de 8e année.

Mais comment ça marche au juste? D’abord, il faut lancer un appel afin de trouver une classe intéressée. Cela peut se faire sur Twitter (à l’aide du mot-clic #SkypeMystère), sur la page Facebook Jumelage Skype Mystère et correspondance – Classes francophones) ou ailleurs sur Internet. Reste à fixer un rendez-vous (garder en tête le décalage horaire et le changement d’heure).

Plan de match

Pour bien préparer les élèves, il faut pouvoir répondre à toutes les questions qui seront posées par l’autre groupe et être en mesure de poser de bonnes questions. Ce peut être des questions sur la géographie, le climat, la langue, le drapeau, le sport, etc.

Dans un premier temps, des explications présentant l’activité et une discussion sur les ressources nécessaires et les stratégies à mettre de l’avant sont de mise. Des rôles peuvent aussi être donnés aux élèves (détectives, penseurs, cartographes, relayeurs, etc.).

Dans un deuxième temps, il faut découvrir les caractéristiques de notre propre région : climat, attraits touristiques, villes voisines, provinces voisines, fuseau horaire, capitales, etc. Les élèves doivent être capables de donner des réponses aux questions posées par l’autre classe.

Enfin, il faut élaborer des questions efficaces et logiques de façon à trouver rapidement où se « cache » l’autre classe. Cette étape peut être faite d’abord en équipe de deux élèves, puis en grande groupe de façon à ce que la classe s’entende sur les questions à poser. Une pratique avant la rencontre mystère est conseillée.

Découvertes au rendez-vous

Avec cette activité, les élèves connaissent mieux leur région francophone, ils la font découvrir aux autres et rencontrent virtuellement des élèves d’un autre endroit du monde. De nouveaux liens se créent, de nouvelles connaissances sont partagées… Les élèves, les jeunes comme les plus vieux, enrichissent leur bagage culturel. Ça leur ouvre les yeux vers d’autres horizons!

En plus de permettre l’utilisation de différents outils technologiques (ordinateur, tablette, recherche sur Internet, etc.), l’activité encourage une grande collaboration et suscite des discussions intéressantes en salle de classe.

Bref, le Skype Mystère a bien du potentiel et s’avère un moyen facile de faire tomber les murs de la classe et de voyager.


Vous connaissez vous aussi une pratique réussie? Vous avez un exemple de succès, d’approche ou de projet qui a bien fonctionné et qui a eu des retombées positives dans la salle de classe, dans l’école ou dans la communauté? Parlez-nous en.

Ces articles de Francosphère pourraient également vous intéresser :