Francosphère, votre référence en construction identitaire francophone, propose des témoignages, des pratiques réussies et des réflexions, le tout présenté selon une francophonie contemporaine, innovante, diversifiée, communautaire, confiante, rassembleuse, engagée et durable.
À propos

Gazouille ton quartier!

Avec Twitter, Nicole Frédérick incite les élèves à explorer leur environnement et à s’en inspirer pour créer.

Depuis quelques années, vers la fin du mois de mai, l’enseignante à l’école secondaire de la Cité, à Québec fait sortir ses élèves et leur fait prendre des photos. Ils explorent Limoilou, le riche quartier où se trouve l’école. La 1re avenue constitue la première voie de communication de Limoilou. Sur la 2e avenue, on y trouve de jolis bâtiments en briques et de charmants escaliers en colimaçon. Sur la 3e avenue, des boutiques, des restaurants, des commerces. Situé en basse-ville, ce milieu urbain est la matière première des créations des élèves.

Les élèves prennent ce qu’ils veulent en photo. Ensuite, les clichés sont mis en commun sur un portail en ligne (Padlet, par exemple). Les jeunes doivent alors choisir une des photos parmi le lot et rédiger un message d’une longueur de 140 caractères seulement. Une fois les gazouillis publiés sur le compte Twitter de la classe, on organise un petit concours de twittérature. Chaque gazouillis est lu en classe, on passe au vote et une petite récompense est remise à l’auteur du tweet.

Élaborée avec une conseillère pédagogique, l’activité vise à produire des textes et à raconter des histoires dans un français littéraire. Ce faisant, les jeunes ont l’occasion de travailler sur la langue, la syntaxe, la ponctuation, la synonymie, le vocabulaire. Ils doivent respecter les principes de concision et de contrainte. Cela leur fait vivre un autre genre d’expérience en matière de rédaction, dans un contexte bien réel. Ils constatent le pouvoir d’évocation des mots.

À partir des images, les élèves développent abondamment leur créativité. Ils se laissent inspirés par leur environnement. Pas besoin d’aller dans une grotte pour créer! Et ça leur fait connaître davantage leur quartier.

Voici des exemples :

Assis au pied de cet arbre, mes souvenirs me hantaient. Des beaux souvenirs que je ne pourrais pas oublier.

Éclairant ses yeux, l’invité détesté mangeait peu à peu ses souvenirs heureux. Dans un faible cri, il avalait sa vie.

Roches, végétaux, béton, or bleu: quand la lumière perce les nuages, la vie et la mort se marient dans un même décor.

Deux bons amis sur un rocher se sont chicanés, des amis ils ne sont plus, comme des inconnus.

 

Il nous entraîne au sommeil éternel, pour y rester de plus belle. Une fois partis avec lui, l’amour y est permis.

 

Force animale, tenter de la détruire, toujours se rebâtir. Force animale, ma force sauvage, impossible de me contrer.

 

Littérature accessible

Tout le processus encourage les élèves à mettre les efforts qu’il faut dans leur travail. Ils savent que leur création va être diffusée et que des gens vont les lire. Ils découvrent une motivation chez eux qu’ils n’avaient pas nécessairement auparavant. Les élèves ont alors un souci de faire des trouvailles, de prendre de belles photos et de créer des textes évocateurs et percutants.

En découle un sentiment d’accomplissement et de fierté chez les élèves. Et un sentiment d’accomplissement professionnel du côté du personnel enseignant également.

Les jeunes ont souvent les yeux rivés sur leurs appareils électroniques. Cette fois, ils les utilisent dans un contexte de création qui les branche et rejoint leur réalité.


Vous connaissez vous aussi une pratique réussie? Vous avez un exemple de succès, d’approche ou de projet qui a bien fonctionné et qui a eu des retombées positives dans la salle de classe, dans l’école ou dans la communauté? Parlez-nous en.


Ces articles de Francosphère pourraient également vous intéresser :