Francosphère, votre référence en construction identitaire francophone, propose des témoignages, des pratiques réussies et des réflexions, le tout présenté selon une francophonie contemporaine, innovante, diversifiée, communautaire, confiante, rassembleuse, engagée et durable.
À propos

Francophonie à la folie!

Créez une « Folie furieuse » dans votre réseau scolaire! Une excellente façon de faire vivre aux élèves une expérience enrichissante en français et de s’approprier des référents culturels. Un peu comme un jeu à la télé, l’idée est de développer un quiz qui a de la gueule et où les classes scolaires ont du plaisir lors d’un grand rassemblement festif.

À l’aide de fiches sur des artistes, des chansons ou tout autre œuvre artistique, on élabore des questions ou des énigmes à résoudre selon différents concepts. Dictées trouées, visages à identifier, mots à trouver, phrases à compléter, charivaris… place à votre imagination! Il n’y a pas de limites dans la conception : vous pouvez créer vos propres jeux à l’aide de logiciels sur ordinateur faciles à utiliser (PowerPoint, par exemple).

Deux fois par mois, le personnel enseignant reçoit le matériel à présenter aux élèves sous forme de fiches, que les élèves étudient. Tout au long de l’année, les élèves apprennent donc à connaître les artistes de différentes façons. Ensemble, les classes jouent à des jeux qui se rapportent aux carrières et aux chansons d’artistes variés. Ce matériel de préparation se retrouve ensuite dans un des grands jeux animés lors de la Folie furieuse, un grand rassemblement inter-écoles lors duquel les élèves ont la chance de répondre à des questions sous forme de quiz et de présenter une synchro-labiale (lip sync).

Cette activité peut se faire à plusieurs niveaux scolaires, il suffit d’adapter les référents. Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE), en Ontario, a inséré des volets catholicité et Première nations, Métis et Inuits. L’idée originale vient en réalité du personnel du Conseil scolaire public du Grand Nord de l’Ontario.

Durant l’année, question d’ajouter un peu d’excitation avant la tenue de l’événement, on peut contacter des artistes locaux afin qu’ils saluent les élèves et les encouragent à participer activement à cette Folie furieuse. Des trophées ou d’autres objets ou récompenses à l’effigie de cette fête peuvent également être créés et remis aux élèves.

Un véritable succès

Cette activité est un gros succès : en 2017, deux Folies ont été organisées et plus de 600 élèves du CECCE y ont participé (plusieurs classes de 5e année). L’année suivante : environ 900 participants sur deux jours. Les commentaires sont très positifs. Des dizaines d’écoles s’y inscrivent et ont hâte d’y participer. Par conséquent, les jeunes se parlent plus en français, ils chantent en français avec énergie et affectionnent leur langue et leur culture. Les élèves du secondaire agissent quant à eux comme modèles, arbitres ou accompagnateurs.

Il y a vraiment un engouement qui se crée autour de l’événement. Ce rassemblement permet aux élèves de différentes écoles de se rencontrer et de tisser des liens d’appartenance. Ensemble, ils manifestent leur fierté et leur appréciation envers une variété de créations artistiques.

Ressources complémentaires fournies par le CECCE


Vous connaissez vous aussi une pratique réussie? Vous avez un exemple d’approche ou de projet qui a bien fonctionné et qui a eu des retombées positives dans la salle de classe, dans l’école ou dans la communauté? Parlez-nous en.

Ces articles de Francosphère pourraient également vous intéresser :