Francosphère, votre référence en construction identitaire francophone, propose des témoignages, des pratiques réussies et des réflexions, le tout présenté selon une francophonie contemporaine, innovante, diversifiée, communautaire, confiante, rassembleuse, engagée et durable.
À propos

J’aime pas mon accent… Mais pourquoi donc?

Mais d’où vient cette gêne de parler sa langue maternelle en public? Voilà une vaste question.

Une chose est claire : il n’y a pas de bons ou de mauvais accents en français, soutient la sociolinguiste Nahed Mourad.

Plutôt que de renier ou de camoufler son accent, il faut en être fier. Selon Mme Mourad, les accents révèlent toute la beauté et la diversité de la langue. Les variétés de français qui existent au Canada ou ailleurs sont aussi valables l’une que l’autre. Mais pour vaincre l’insécurité linguistique, cela demande un effort collectif constant, fait remarquer la chercheuse dans cet entretien vidéo.

Rien ne sert de chercher un français parfait. Il faut valoriser sa langue comme elle est, peu importe ses origines, plaide Nahed Mourad dans une entrevue à l’émission La Croisée à ICI Radio-Canada.

Plutôt répandu, le phénomène de l’insécurité linguistique constitue un des facteurs de l’assimilation. Les communautés isolées sont les plus à risque et cela représente tout un défi, comme le démontre ce reportage du journal L’Express (Toronto).

Cela dit, comment arriver à une plus grande acceptation sociale de la diversité linguistique chez les francophones en milieu minoritaire?

 

Ces articles de Francosphère pourraient également vous intéresser :